Accueil

Reportage sur la langue des signes pour bébé sur TF1

Laisser un commentaire

signes-bebe-tf1

Source : http://videos.tf1.fr/jt-20h/2014/comprendre-bebe-grace-a-la-langue-des-signes-8485615.html

Même quand ils n’ont pas encore l’age de parler les bébés ont quelque chose à nous dire !

Ils n’ont pas encore l’âge de parler mais ils ont tout de même des choses à dire. Tous les parents en ont fait l’expérience, il n’est pas toujours facile d’interpréter les gazouillis, cris et pleurs des tout petits. Il existe pourtant une méthode pour les comprendre et se faire comprendre, sans avoir à remuer les lèvres.

Ce reportage arrive juste après un reportage de France 3 et bien sûr celui de France 5

Plus qu’un livre de langue des signes pour bébé

Laisser un commentaire

lingueo-editions

LINGUEO EDITIONS

Lingueo qui propose des formation à la langue des signe pour bébé LSB depuis 2012 et des formations à la langue des signes françaises LSF depuis 2008 vient d’éditer le livre communiquer avec bébé dont voici le site promotionnel : http://www.communiqueravecbebe.com.

Ce livre vous permet d’apprendre en auto-formation les 50 signes les plus utiles de la LSB et de les mettre en pratique sous forme d’un cours particulier par Skype avec un formateur professionnel.

Ce type de communication est ouvert à toutes et tous, entendants, malentendants, ou même handicapés. Adulte comme enfant peuvent donc tout deux être malentendants et pratiquer la LSB et vice-versa. L’enfant pourra pourquoi pas, par la suite, apprendre la Langue des Signes Française, une fois les bases de LSB apprissent.

Vous pouvez acheter Communiquer avec bébé sur Amazon en cliquant sur ce lien http://www.amazon.fr/Communiquer-avec-bebe

Communiquer-avec-bebe-pages-30-manger---Copie

Manger en langue des signes pour bébé

Communiquer-avec-bebe-pages-22-maman---Copie

Maman en langue des signes pour bébé

Les chapitres du livre Communiquer avec bébé

  • Chapitre 1 : Premiers gestes, actions ou besoins. Biberon, papa, maman…
  • Chapitre 2 : Premières activités à la maison et hygiène. Pipi, jouer, dormir…
  • Chapitre 3 : Sensations, jeux et jouets. Chaud, bobo, ballon…
  • Chapitre 4 : Extérieur du domicile, couleurs et animaux. Maison, chat, bleu…
  • Chapitre 5 : Politesse, sentiments et notion d’altérité. S’il vous plait, aimer, toi…

Chapitre 1 :Premiers gestes, actions ou besoins.

Bébé doit tout d’abord faire le lien entre un signe et ce qu’il représente. Il s’agit d’introduire les signes qui concernent son environnement le plus immédiat : ses premiers gestes, actions ou besoins.
Commencez avec trois signes et répétez-les régulièrement pendant une semaine. En général, les plus appréciés sont : boire, manger, encore et dodo.

Chapitre 2 : Premières activités à la maison et hygiène

Le périmètre d’action de bébé s’élargit : place aux activités à la maison et à l’hygiène. Utiliser les signes correspondants à ces actions du quotidien lui permet de les anticiper.
Bientôt, il pourra vous prévenir que sa couche est sale ou qu’il veut son doudou !

Chapitre 3 : Sensations, jeux et jouets

C’est maintenant le moment d’introduire les signes liés aux sensations, jeux ou jouets de bébé. Mais n’oubliez pas de continuer les autres !
La répétition est fondamentale pour qu’il puisse assimiler l’ensemble de ces signes.

Chapitre 4 : Extérieur du domicile, couleurs et animaux.

Bébé grandit et son périmètre d’action continue de s’élargir.
Il découvre désormais les couleurs et les animaux, l’occasion d’apprendre de nouveaux signes.

Chapitre 5 : Politesse, sentiments et notion d’altérité.

Bébé grandit encore. Nouvelle étape de son développement, il commence à comprendre qu’il peut dire non ou qu’il vous aime.
C’est le moment d’introduire les signes liés aux sentiments, à l’altérité et à la politesse.

En savoir plus sur ce livre :

Un nourrisson qui pleure, ce n’est pas drôle… mais c’est normal!

Laisser un commentaire

pourquoi-bebe-pleure-2

Pour de jeunes parents le bébé qui pleure est certainement la pire angoisse à gérer. Faut-il le laisser pleurer ? Mais pourquoi pleure-t-il autant ? Comment faire pour qu’il arrête ? Toutes ces questions sans réponse et ces nuits blanches alors que votre petit bébé va très bien.

Les bébés présentent tous un pic de pleurs vers 2 mois, sans qu’aucune maladie ne soit à l’origine de ce phénomène qui demeure mystérieux.

Un peu, beaucoup, à la folie… puis (presque) plus du tout. Depuis vingt ans qu’il étudie les pleurs des bébés, le Dr Ronald Barr en a acquis la certitude : Un nourrisson qui pleure, ce n’est pas drôle… mais c’est normal!

pleurs-bebeN’en déplaise à nos grands-mères, rien à voir avec de prétendues «coliques», selon le directeur du Centre de recherche en santé infantile de l’Université de la Colombie-Britannique. Barr en veut pour preuve la courbe des pleurs, identique chez tous les bébés : à deux semaines de vie, intensité et quantité des pleurs augmentent, pour atteindre un «pic » vers 2 mois avant de diminuer doucement.

Parents du monde entier, rassurez-vous : tous les nourrissons pleurent, quels que soient l’endroit où ils vivent et la façon dont on les élève.

Cela a même été observé chez les Kung San, une ethnie de chasseurs-cueilleurs du désert du Kalahari. La mère y est pourtant en contact permanent avec son bébé qui a un accès illimité au sein (il tète en moyenne toutes les 13 minutes !).

Quand bébé pleure… c’est qu’il va bien !

La moindre manifestation d’inconfort suscite une réaction immédiate de l’adulte. Certes, l’enfant pleure un peu moins longtemps et un peu moins fort, mais aussi souvent qu’un bébé occidental.

Le phénomène n’est même pas propre à l’espèce humaine : des manifestations de détresse existent chez les bébés chimpanzés, les macaques rhésus, les cochons d’Inde et les rats !

Dans 95 % des cas, l’enfant ne souffre de rien

Souvent, «on pense que quelque chose se passe… mais non », assène Ronald Barr. La couche est propre, bébé a bien mangé, est confortablement installé… et c’est parti pour une demi-heure de cris et grimaces de douleur. Mais le médecin l’assure : dans 95 % des cas, l’enfant ne souffre pas.

Ce qui n’empêche pas les parents de consulter fréquemment: en 2000, des chercheurs britanniques ont calculé que les problèmes de pleurs et de sommeil chez les bébés durant leurs 12 premières semaines de vie coûtaient chaque année aux services de santé quelques 65 millions de livres…

ob_2ca6557728ba32cb793ba214c347f8ed_023

Il est effectivement important de s’assurer qu’aucune difficulté n’existe (reflux gastro-œsophagien, intolérance au lactose ou allergie aux protéines de lait, exceptionnellement épilepsie…). «Tout dépend de l’importance des pleurs et du ressenti parental, explique le pédiatre Éric Osika.

Souvent, les bébés qui souffrent de ces pathologies continuent à pleurer de façon anormale au-delà de 5 ou 6 mois.»

Stratégie de survie

À quoi peuvent donc servir ces pleurs? Plusieurs hypothèses ont été formulées. À cet âge, de multiples choses changent chez le nourrisson, les pleurs n’en sont qu’un élément. Mais la piste favorite de Ronald Barr est celle de la stratégie de survie: «Les trois premiers mois de vie sont les plus dangereux pour un petit, pleurer est la façon la plus efficace de faire venir sa mère.»

Sans compter qu’entendre les cris de son petit provoque souvent une montée de lait chez la mère. En pleurant, le nourrisson «prépare» son repas!

En somme, l’unique danger de ces pleurs est l’irritation qu’ils provoquent chez l’adulte. «Aucun bébé n’est jamais mort d’avoir trop pleuré», promet Ronald Barr. Mais le parent excédé peut perdre le contrôle jusqu’à secouer son enfant, une forme de maltraitance aux conséquences gravissimes.

Face à un bébé qui va bien mais pleure à pleins poumons, il faut tenter de le consoler, sans oublier que parfois rien ne fonctionnera. Si l’irritation gagne, il ne faut pas hésiter à poser son bébé et s’isoler pour se calmer. Si, malgré soi, on a eu un geste brusque, il est indispensable d’en parler pour se faire aider.

Une nouvelle étude scientifique prouve que les bébés peuvent simuler leurs pleurs. Pleurer est un comportement de survie important pour les bébés mais il peut arriver qu’ils fassent semblant d’être en détresse pour attirer l’attention.

Hiroko Nakayama, professeur à l’Université of the Sacred Heart à Tokyo, a observé deux bébés (âgés de 7 et 9 mois), afin d’étudier leurs pleurs. Pour cette expérience, le professeur a filmé les deux bébés au sein de leur foyer pendant plus de 60 minutes deux fois par mois, pendant six mois. Ce qui a représenté au final 68 épisodes de pleurs.

photo_2012-304-8-09-09

A lire sur nos amis du Figaro:

10% des pères dépriment à la naissance de leur bébé

Laisser un commentaire

La dépression postnatale ne serait pas réservée aux seules mamans. Selon une étude menée par un groupe de chercheurs américains de la Northwestern University, parue dans la revue Pedriatrics, les pères seraient également atteints par ce syndrome.

papa-deprime

Touchant 50 à 80 % des femmes selon les études les marques spécifiques comme les pleurs, les sautes d’humeur, les troubles du sommeil ou l’anxiété, toucheraient environ 10% des pères et guetteraient en premier lieu les hommes âgés de 20 à 30 ans. Pour Craig Garfield, professeur en pédiatrie et principal auteur de l’étude, ce type de dépression n’est pas inédit chez les hommes. « Ce qui l’est en revanche, c’est plutôt la corrélation entre le jeune âge de ces papas et la survenue des symptômes », dévoile le spécialiste. Le baby blues, qui survient généralement trois jours après la naissance de l’enfant, ne serait donc pas seulement la résultante de dérèglements hormonaux liés à la grossesse. Il découlerait également du bouleversement des habitudes de vie des jeunes couples.

Des troubles du langage chez les enfants de pères déprimés

L’enquête, réalisée sur un échantillon de 10 623 volontaires, révèle par ailleurs que les hommes devenus père aux alentours de 25 ans et vivant sous le même toit que leur(s) enfant(s), avaient plus de risques (68%) de développer les signes d’une véritable dépression, qui peut s’étaler sur plusieurs années. Un état qui aurait des effets néfastes sur l’éducation et le développement de l’enfant.

En 2006, déjà, le docteur James Paulson, professeur associé et psychologue clinicien au Center for Pediatric Research, de la Eastern Virginia Medical School, (Norfolk, États-Unis), avait montré au cours de ses recherches effectuées sur des nouveaux pères, que la dépression paternelle affecte l’évolution du langage chez l’enfant.

« Nous nous sommes aperçus que les pères déprimés lisent moins de livres, chantent moins de chansons, racontent moins d’histoires à leur enfant entre l’âge de 1 an et 2 ans que les pères qui ne sont pas déprimés. À l’âge de 2 ans, ces enfants présentent un vocabulaire plus réduit que les autres, cela indifféremment du niveau de revenu et d’éducation de la famille. Même si nous ne savons pas précisément comment la dépression va affecter le développement du langage futur de l’enfant, elle aura sûrement une incidence. »

Plus alarmiste, le professeur Craig Garfield révèle dans son étude intitulée Sad Dads : a Challenge for Pediatrics que les pères dépressifs avaient une tendance accrue à infliger des punitions corporelles à leur progéniture. Il enjoint donc chacun à être aussi vigilant avec l’état de santé mental des hommes qu’avec celui des femmes lors de la période post-partum. « Cette étude est un cri d’alarme à quiconque connaît un jeune homme récemment devenu père. S’il se sent très anxieux, s’il a le blues ou s’il ne peut pas apprécier les choses de la vie comme avant. Poussez-le à chercher de l’aide. »

Source : la revue Pedriatrics

LSF bébé

Laisser un commentaire

La LSF pour bébé, qu’en pensez-vous ?

Commencer à communiquer avec votre bébé dès l’âge de six mois grâce à la LSF est merveilleux. La LSB est un moyen de communiquer avec un bébé dès l’âge de six mois. La communication via la langue des signes bébé peut être utile jusqu’à ce que votre enfant sache parler.

Partager l’univers de bébé en LSF

La langue des signes pour bébé vous donne un aperçu de l’univers de votre bébé. Vous pourrez ainsi partager la joie de votre enfant grâce à cette meilleure compréhension de ses besoins et sentiments. La créativité de votre bébé pourrait même vous surprendre : par exemple il combinera le signe « arbre vert » pour transcrire le brocoli !

Réduire les frustrations avec les signes

Imaginez si votre bébé peut vous dire quand il veut du lait, quand il a trop chaud, ou encore quand il veut vous montrer des fleur. Les bébés signeurs (qui pratiquent la LSF) peuvent communiquer leurs besoins au lieu d’être frustré. Ils seront ainsi moins colérique et votre relation avec votre enfant sera plus épanouissante.

Avantages de la langue des signes pour bébé

La langue des signes pour bébé vous donne un aperçu de ce qu’il se passe dans la tête de votre bébé. Il permet à votre bébé de vous montrer quelques-unes des choses qu’il pense et partage certaines de ces pensées avec vous. Tout cela en plus d’une bonne dose de joie et plaisir.

Les études sur la langue des signes pour bébé ont confirmé que les personnes la pratiquant bénéficient d’un lien très fort avec leur enfant. En effet, certains programmes d’éducation de la petite enfance ont aussi commencé à enseigner la LSF pour bébé ainsi aider les parents à avoir une meilleure relation.

Le caractère colérique de votre bébé sera réduit. Les colères d’un bébé sont souvent le signal pour dire qu’il veut quelque chose sans être en mesure de vous le faire comprendre. Lorsqu’un bébé ne peut pas communiquer c’est parce qu’il est frustré et cela vous frustre encore plus car vous souhaitez l’aider sans savoir quoi faire.

Lorsque votre bébé peut communiquer avec vous ses besoins (faim, soif, changement de couche, blessure…), vous pourrez enfin l’aider à apaiser sa colère.

Ces études confirment que les bébés qui signent ont moins de crises de colère. Résultat évident : les parents peuvent enfin les comprendre grâce à la langue des signes bébé.

La LSF pour bébé est une bonne activité structurée

Afin d’aider les bébés à se développer mentalement, la langue des signes pour bébé agit comme un tremplin vers une intégration de la conversation entre le bébé et ses parents donnant ainsi la possibilité à votre enfant de s’initier à la communication.

Des études ont démontré que les bébés qui signent développent un vaste vocabulaire plus riche et s’expriment également plus tôt après la cession de la langue des signes.

Lingueo partenaire de Pampers

Laisser un commentaire

Pour faire découvrir gratuitement la langue des signes aux parents et ainsi aider au développement de cette méthode de communication, Lingueo offre des cours de LSB aux clients de la marque Pampers !

Pampers : une activité d’éveil avec bébé offerte avec Lingueo

Pampers met en place une opération promotionnelle exceptionnelle baptisée Pampers profitez d’un moment privilégié avec bébé 2013. Derrière, se cache la possibilité pour les parents d’obtenir une activité d’éveil Pampers gratuite afin de partager un moment de détente et de découverte avec son enfant. Lingueo à été sélectionné par Pampers pour ses cours de LSBébé !

pampers-lingueo-langue-des-signes

Pampers : votre petit champion s’amuse grâce à l’activité d’éveil offerte par Pampers

Du 1er avril au 15 juillet 2013 inclus, Pampers propose donc cette opération spéciale en France Métropolitaine. Pour en bénéficier, il faut acheter un paquet de couches Pampers Active Fit ou Pampers Easy Up possédant le macaron « 1 activité d’éveil offerte » (voir photo ci-dessous) sur l’emballage.

Pampers : une activité d’éveil offerte pour un paquet de couches achetés du 1er avril au 15 juillet 2013. Ces paquets accompagnés du macaron peuvent être obtenus notamment dans :

  • Dans certains supermarchés (veillez bien à acheter un paquet possédant le macaron activité d’éveil offerte).
  • Ou sur le site Amazon tous les paquets vendus via notre lien participent à l’opération – du moins, c’était le cas en 2012, à voir si ça sera toujours le cas en 2013.

Comment obtenir son bon activité éveil offert par Pampers ?

Une fois le paquet participant acheté, il faudra réunir les pièces justificatives suivantes pour obtenir votre bon cadeau :

  • Imprimer le formulaire de demande et le remplir.
  • Joignez à ce formulaire : le sticker 1 activité d’éveil offerte (non nécessaire si vous avez acheté votre paquet sur Amazon), votre preuve d’achat (facture, ticket de caisse).
  • Joindre également une enveloppe libellée à vos noms et adresse et affranchie (collez un timbre dessus) et joignez également à l’intérieur deux timbres supplémentaires.

Envoyez le tout dans une nouvelle enveloppe affranchie (frais d’envoi non remboursés) sous 30 jours calendaires après votre achat à l’adresse suivante :

« TLC Marketing FRANCE – Opération Pampers Eveil Bébé 2013 – 92 avenue de Wagram – 75017 PARIS« .

Liste des activités d’éveil proposées

Vous recevrez sous 6 semaines un bon cadeau à utiliser pour l’une de ces activités avant le 31 juillet 2014 :

  • Visite d’un aquarium.
  • Éveil du goût.
  • Atelier de langue des signes.
  • Atelier lecture.
  • Atelier créatif pour bébé.
  • Bébé nageur.
  • Bébé gym.
  • Motricité et jeux.
  • Éveil musical.
  • Massage bébé.
  • Jeux d’anglais.
  • Visite d’un zoo.
  • Visite d’une ferme.

Pour trouver un partenaire qui accepte votre bon cadeau proche de chez vous, utilisez le lien profiter de votre activité d’éveil Pampers.

Quand Doolittle teste La langue des signes pour bébés

Laisser un commentaire

On a testé…

la langue des signes pour bébés

Bébé grogne, bébé chouine, bébé est tout rouge.
Et si, pour communiquer avec lui,
vous utilisiez les mains?

On a rendez-vous sur Lingueo.fr, un site spécialisé dans l’apprentissage des langues. Pour apprendre la langue des signes pour bébés, comme pour l’anglais ou l’hé­breu, il suffit de s’y connecter, de lancer Skype et de faire tourner la webcam.

Les avantages de ce télé-apprentissage sont indé­niables.

Outre le fait de pouvoir jouir du plaisir d’apprendre depuis son canapé, et en petite culotte, personne ne pourra assister à nos gênantes gesticulations. Nous voilà donc rapidement en face de Florence, notre profes­seure. Celle-ci se présente à nous en posant son index droit au milieu d’un V formé par les doigts de l’autre main dessinant ainsi un genre de tong.

Florence doit aimer se balader les doigts de pied à l’air libre, car chaque personne se choisit son « nom signe » en raison d’une caractéristique physique. Le cours commence et Florence nous apprend d’abord les signes les plus utiles pour le dialogue avec l’enfant, comme « encore » (on reprend le geste du temps mort au basket) ou « lait » (on ressert une main comme une pince et on place l’autre main à la verticale). Puis arrivent « papa » (on caresse sa moustache), « maman » (on caresse sa joue), « fille » (on fait courir deux doigts le long de sa joue, comme pour toucher le ruban d’un chapeau noué sous le menton) ou encore « garçon » (on passe sa main sur son front, comme pour faire apparaître une casquette).

La farandole de signes bizarroïdes dé­boussole quelque peu et ne manque pas de faire sensation auprès de notre enfant installé à côté de nous alors que le cours s’achève. Cela tombe bien car il faut vite tester » notre apprentissage. Nous voilà donc lancés dans une conversation en langage des signes avec le petit. En quelques instants, celui-ci semble saisir les gestes simples, et s’amuse même à les reproduire devant nous avec une aisance déconcertante. Mais il a 2 ans et parle déjà, même de façon rudimentaire.

Chez les bébés, qui peuvent débuter l’apprentissage dès 7 mois, l’apprentissage des signes est plus long et passe par plusieurs étapes. Il faut d’abord leur montrer les gestes, puis leur faire com­prendre leur sens avant qu’ils ne se les approprient et puissent les reproduire eux-mêmes. Au total, le processus peut prendre plusieurs mois. Pour nous, il ne faudra que cinq cours d’une demi-heure éta­lés sur cinq semaines, et assortis de la compulsions d’un petit livre de vocabulaire, pour maîtriser sérieusement la langue des signes pour bébés. Tout ça depuis son canapé !

Doolitlle : On a testé… la langue des signes pour bébés

 

A propos de Doolittle

DOOLITTLE est un magazine de mode, culture, et société, entièrement dédié à l’enfant. Bien dans son époque, DOOLITTLE s’adresse à des parents dont le modèle familial s’est largement diversifié.

DOOLITTLE se découvre chaque saison comme une plongée dans le monde de l’enfance. Un monde pastel, tendre et coloré mais aussi un monde espiègle et turbulent, un monde d’émotions fortes.

L’enfant DOOLITTLE n’est pas une icône endimanchée sage comme une image : il rigole, il pleure, il se bagarre avec sa petite sœur ; il grimpe aux arbres, s’éberlue au cinéma, demande d’où vient le vent, s’éblouit au cirque, s’inquiète sans cesse de savoir “quand est-ce qu’on arrive”, et ne veut jamais manger ses épinards…

Vivant, esthète, unique, DOOLITTLE mélange news, mode, voyage, reportage, société, psychologie, cahier pratique, témoignages des lecteurs et de leurs enfants, agenda : c’est une mine d’informations, c’est une mode en mouvement, c’est un voyage ludique et passionné au pays de l’enfance.

En savoir plus sur Doolittle & sur Facebook

Older Entries Newer Entries

%d blogueurs aiment cette page :